B ien que la plupart des gens parviennent à faire face aux aspects négatifs de la migration grâce à l’existence d’autres aspects positifs, la migration est un facteur de risque pour la santé mentale en raison du stress migratoire ou du deuil, appelé syndrome du migrant ou syndrome d’Ulysse.

Sources de stress

  • Solitude causée par la séparation des êtres chers.
  • Sentiment de désespoir et d’échec en raison des rares opportunités de faire avancer ce projet.
  • Absence de réseau de soutien social.
  • Lutter contre les problèmes économiques tels que le paiement du logement, de la nourriture.
  • Peur ou désorientation.
  • Temporalité.

Les étapes du deuil

  • Déni: la réalité du changement n’est pas acceptée.
  • Résistance: face aux difficultés et aux défis, se plaindre de l’effort d’adaptation.
  • Acceptation: s’installe à fond dans la nouvelle situation.
  • Restitution: en acceptant les côtés positifs et negatifs du pays d’origine et du pays d’accueil, implique une réconciliation affective.

Défenses psychologiques

L es gens utilisent une série de mécanismes de défense psychologiques afin de faire face à la nouvelle situation à l’étranger. Ils ne sont pas en eux-mêmes négatifs mais lorsqu’ils sont nombreux, ils déforment radicalement la vision que nous avons de la réalité et nous empêchent de nous adapter et de nous préparer au deuil migratoire.

  • L’abstraction sélective consiste à se concentrer sur un détail hors contexte.
  • Inférence arbitraire, généralisation excessive lorsqu’une conclusion ou une règle est tirée d’un ou de plusieurs faits isolés.
  • Maximisation et minimisation, distorsion modifiant la magnitude des événements.
  • Personnalisation, s’attribuant de manière injustifiée des phénomènes externes.
  • Pensée absolutiste ou dichotomique classe les expériences comme « tout ou rien », dans des catégories extrêmes.